Les Maoureuses

📚 BD ⋅ 💞 (poly)amour, genre, sexualité ⋅ 😺 Chamille ⋅ ✏️ Nouvelle chronique chaque mercredi

16 ⋅ Hiérarchies maoureuses ?

Pour une fois je prends parti et je donne mon avis, n’hésitez pas à donner le vôtre ! 😼
Et à moins d’une bonne surprise, il n’y aura pas de chronique la semaine prochaine, je m’accorde une semaine de vacances ! Rendez-vous donc le 10 novembre.

Chronique n°16
Hiérarchies maoureuses ?
Dans les relations libres ou polymaoureuses, il arrive que des hiérarchies du cœur se mettent en place.
Notre couple sera toujours prioritaire.
Souvent un couple s’ouvre et a besoin de ne pas aller trop vite ou trop fort dans des relations « extérieures », et met en place certaines barrières ou certains interdits pour se rassurer.
On peut coucher avec quelqu’un d’autre, mais pas plus de trois fois.
On peut avoir d’autres partenaires, mais ils ne viennent pas à la maison.

Ce besoin de sécurité affective est respectable et il faut en prendre soin, mais ce genre d’accord est également paradoxal : ouvrir sa relation, c’est reconnaitre que l’autre ne nous appartient pas, donc renoncer à le contrôler.
Une relation qui utilise son pouvoir pour tenter de contrôler une autre relation peut également faire beaucoup de dégâts : d’un côté on ne choisit pas toujours de tomber maoureu⋅se⋅s, et interdire des actes à celle ou celui que l’on aime (pratique du veto) c’est souvent lui faire du mal et abîmer le lien, et de l’autre les personnes qui se retrouvent « secondaires » dans ces hiérarchies voit leurs besoins négligés, minimisés, niés ou pire.

J’ai toujours refusé les hiérarchies, même quand j’étais dans un couple hétéro, cisgenre, blanc, installé et engagé. On sous-estime souvent le grand pouvoir normatif que l’on a dans ce cas-là, et de fait le temps, l’espace et l’engagement pris par cette relation est déjà un véritable poids pour les autres relations, sans avoir à y ajouter des règles limitantes.
Il arrive qu’un couple reconnaisse ce poids en nommant sa relation comme « socle », ou « base », ou « nid », et dans ces cas-là il s’agit simplement de l’affirmation saine de l’état de sa vie maoureuse. Et il est souhaitable aussi qu’une nouvelle relation ne s’imagine pas qu’elle pourra prendre toute la place dans une vie déjà installée.
Pourtant au fur et à mesure de mes relations et de mes rencontres je me renforce dans cette conviction : ce n’est pas le contrôle qui donne de la sécurité affective, c’est la confiance. Construire cette confiance.
Construire cette confiance, cela passe par des mots, des attentions, des rituels, des langages maoureux satisfaits, de l’introspection, de l’écoute et de la tendresse, mais pas par des règles et des interdits.
Couples ouverts, prenez le temps de construire cette confiance entre vous…
Et utilisez les règles, mais simplement comme des outils temporaires et des étapes dans votre libération des schémas monogames.

Chamille

👋 Envie de ne rien rater ?

Inscris-toi pour recevoir la nouvelle chronique chaque mercredi dans ta boîte mail.

Je n’envoie pas de messages indésirables et pas de pub,
juste mes chroniques !

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

© Chamille 2021-2021 / Les Maoureuses

Thème par Anders Norén