Les Maoureuses

📚 BD ⋅ 💞 (poly)amour, genre, sexualité ⋅ 😺 Chamille ⋅ ✏️ Nouvelle chronique chaque mercredi

15 ⋅ Feu de paille, feu de vivant⋅e⋅s

Aujourd’hui une BD adressée… Pour me relever encore une fois 😿😼

Chanou,
Un jour d’été, tu es venue me chercher…
Je ne me doutais pas que cette petite lumière allait pulser quelques semaines, puis faire des étincelles.
Soudain, au détour d’une conversation, on se plaisait.
Une des étincelles a rallumée un petit feu oublié, douloureux et magique. Voilà la foudre, voilà le feu joyeux et insensé qui fait tomber maoureux, avec son compagnon le désir, et sa compagne de l’ombre, la peur d’avoir de nouveau mal.
Ce feu grossissait si vite, si fort, à chacun de nos messages, à chacun de nos aveux.
Au bout du train, ce soir et cette nuit-là, il a pris, et je me laissais emporter avec joie.
Mais tu as mal dormi…
De nouveau un jour et une nuit de plaisir, d’intimité, de confessions et de bonheur. On se dit tout.
Mais encore, tu as mal dormi…
Le lendemain, au réveil, tu disparais. Sans prévenir, tu es là, devant moi, mais à l’intérieur, tu m’as déjà quitté.
J’essaye de rester calme, mais intérieurement je panique.
Incompréhensions, frustration, douleurs du passé, ravivées.
As-tu eu peur de tomber maoureuse ? As-tu eu trop de moi ? As-tu eu le vertige ? Des fantômes sont-ils venus te visiter ?
Le grand feu que j’attisai de désir et de joie était peut-être un feu de paille. Mais il était chaud, intense, vibrant, et il nous a complètement échappé. On s’est brûlés.
Quand au fond de ton révélateur tu verras quelque chose, quand tu voudras parler… je serais encore là.
Ô solitude, pourquoi continuer à se relever quand on est encore tombés ?
Juste pour se sentir vivants.
On s’en est donnée la preuve, on l’est toujours. Merci vivante.
Chamille

👋 Envie de ne rien rater ?

Inscris-toi pour recevoir la nouvelle chronique chaque mercredi dans ta boîte mail.

Je n’envoie pas de messages indésirables et pas de pub,
juste mes chroniques !

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

© Chamille 2021-2021 / Les Maoureuses

Thème par Anders Norén